L'effet papillon

Auteur : Lily Haime

Éditeur : MxM Bookmark

Genre : Tranche de vie, homoromance

Tomes : 2

 

 

 

R013 leffet papillon

 

Tome 1 - Galilée

 

 

Résumé :

 

« Je laisse toujours une fenêtre ouverte. Pour ne pas étouffer, pour pouvoir fuir… »

Alexandre vit dans l’ombre d’un père tyrannique, homophobe, violent et alcoolique. Quand il referme la porte de chez lui, il sait que tout peut basculer.

Au milieu d’une famille défaillante, bancale, au trouble secret, Alexandre mène une vie imparfaite, parfois douloureuse. Pourtant, il ne se résigne pas, jamais, luttant silencieusement pour ses propres rêves. Humbles et simples, mais ce sont les siens.

Un jour, il percute Jamie. Et dans le regard d’or du jeune homme, Alexandre voit ressurgir l’ombre d’un souvenir d’enfance.

Un battement d’ailes.

Comme un combat contre lui-même, contre ses craintes, contre ses peurs…

Un effet papillon.

Comme l’amour.

« Je laisse toujours une fenêtre ouverte. Pour pouvoir m’enfuir, pour te voir venir vers moi… »

 

 

Critique :

 

Quand j'ai commencé ma lecture, je ne savais pas trop à quoi m'attendre. Quels seraient les enjeux de la nouvelle série de Lily Haime ? Pire, le début me semblait un peu trop similaire à Mathias & Eden, que j'ai apprécié, certes !, mais néanmoins j'avais une impression de déjà-vu. Cet effet est accentué par le style de Lily Haime, atypique, poétique, envoûtant mais assez similaire, et l'intrigue de base : Alexandre, un coureur de jupon enchaînant les conquêtes sans s'y attacher et à la répartie exacerbée, voit sa vie basculer le jour où il rencontre Jamie. Des sentiments forts, puissants, dévastateurs, l'envahissent instantanément, lui faisant découvrir un nouveau monde, un monde dont il ignorait même l'existence, un monde d'amour auprès d'un autre homme.

 

Heureusement pour nous, là s'arrêtent les points communs avec sa précédente série, un peu trop rose bonbon en comparaison avec les amours amicales et romantiques qui gravitent autour des protagonistes (et ce, bien malgré les problèmes qu'a rencontré Eden à son retour du Canada). En effet, Galilée aborde les problèmes de l'intolérance et de la maltraitance qui sévissent à notre époque. Nous voyons l'histoire du point vue d'une victime, celui d'Alexandre, qui se protège comme il peut, seul. Sa mère, elle aussi victime de son mari, ne se bat pourtant pas contre lui. Elle laisse les choses se tasser, espérant que le calme reviendra à la maison, un calme disparu depuis dix-sept ans. Elle est presque invisible, inconsistante dans la vie d'Alexandre qui, pourtant, se sacrifie pour la protéger. Son sacrifice est son silence, son impassibilité face aux coups qu'il reçoit. Il n'espère qu'une seule chose : fuir de chez lui à ses dix-huit ans. Nous plongeons donc dans sa tête, dans ses pensées, dans sa façon de gérer son quotidien pour éviter que quiconque ne sache ce qu'il subit et, surtout, que Jamie ne le sache pas, ne le demande pas, ne s'inquiète pas, car il reconnaît l'amour qu'ils se portent l'un à l'autre, un amour dont Alexandre s'abreuve comme un assoiffé mais qu'il est obligé de maintenir secret, pour se préserver. Pour les préserver. Juste quelques mois. Jusqu'au baccalauréat. Après, il sera libre. Libre d'aimer et de vivre. C'est le plan d'Alex. Simple, facile, et pourtant tout ne se passe jamais comme on le désire. Un incident minime, un événement révélateur, et tout bascule.

 

Alexandre vit dans une cage. Une prison. Cette fenêtre ouverte est un moyen pour lui de se rappeler que, derrière ces murs de pierre, la liberté est une notion existante, à portée de main. Une notion qu'il chérit et souhaite de tout son cœur partager avec Jamie. Mais il lui faut attendre. Attendre aux côtés de son compagnon mais aussi de ses fidèles amis, toujours là pour lui et pourtant baignés dans l'ignorance la plus totale, volontairement.

 

Le récit d'Alexandre n'est qu'une lutte constante pour ne pas finir noyé, pour ne pas mourir. Pour survivre. Et nous autres, lecteurs, luttons avec lui. Avons peur pour lui. Jamie devient son principale soutien dans sa lutte mais d'autres parviennent, d'une manière ou une autre, à l'aider. Parfois même, des personnes auxquelles on ne s'attendait pas du tout. Nous partageons ses joies et le goût de la liberté qu'il découvre à Paris. Nous partageons sa peine, ses angoisses, ses incertitudes.

 

Et notre cœur s'arrête, à l'épilogue, dernière page, derniers mots, qui nous font redouter la suite des événements.

 

 

 

 

 

 

 

L effet papillon tome 2 archimede 580979

 

Tome 2 : Archimède

 

Résumé :

« Nos photos sont accrochées au mur... Une nouvelle fenêtre est ouverte... »
Certaines pages sont difficiles à tourner, certains envols durs à prendre. Il y a ces libertés tellement douloureuses à acquérir. Alexandre et Jamie le savent mieux que quiconque, rien n’est jamais véritablement acquis.
À Bordeaux, entre leurs amis, leur nouvelle vie d’étudiants, les jalousies et les difficultés laissées sur leur chemin, ils avancent dans les dédales d’un avenir incertain. Ils tombent, s’accrochent, se cherchent dans un quotidien où subsiste une seule certitude – leur amour.
C’est un second battement d’aile...
Comme l’ombre tapie derrière un regard.
Un nouvel effet papillon...
Comme leurs mains qui se touchent.
« Il y a cette photo de moi... Cette porte qui se referme... Ce second souffle... »

 

 

Critique :

Archimède tout juste sorti, il me le fallait immédiatement, pour apaiser mon cœur meurtri par l’épilogue du premier tome… épilogue reprit immédiatement en guise de prologue avant de nous torturer à nouveau en passant par un chapitre flashback. Tout ce second tome est, d’ailleurs, parcouru de flashbacks, narrant certains passages que l’auteur n’avait fait qu’évoquer jusqu’alors. L’idée est intéressante mais casse quelque peu le rythme de l’histoire, surtout celle d’Alexandre, un adolescent qui a besoin de temps et d’espace pour se reconstruire… car le jeune homme n’est pas sorti indemne de sa dernière confrontation avec son père. Pire ! On pourrait presque le prendre pour un cadavre ambulant par moment, tellement on ne le sent plus « vivant », « survivant » malgré tout.

L’auteur suit un peu la même ligne directive que Mathias & Eden, donnant au texte une petite touche de redondance, passant par l’éloignement pour mieux se reconquérir et vivre heureux jusqu’à la fin des temps, dans une famille aimante, dans le pardon et tourné vers l’espoir et le futur. Je n’ai donc pas eu beaucoup de surprises durant ma lecture, juste de la tristesse (oui, il m’arrive d’être sensible, et la plume – que je pourrais presque qualifier de lyrique – de Lily Haime me tire les larmes facilement !), de l’appréhension, de la joie, de l’angoisse ; tous ces sentiments qui tiraillent Alexandre, nous les partageant inévitablement.

Durant la chute d’Alexandre, l’auteur ne nous détaille pas suffisamment son quotidien, passant directement aux conclusions, le démontrant plus démuni que jamais. De même, les relations avec ses amis qui se sont effilochés sont passées à la trappe, ne nous offrant que le désastreux aboutissement – et ce, même avec Hugo, son meilleur ami de toujours. Un Hugo pratiquement absent, un Hugo qui ne se prend plus le chou pour un rien avec Jamie – véritables moments de rigolade dans Galilée. Un Hugo qui, malgré tout, reste son ami et l’aidera quand Alexandre en aura besoin, même si c’est une aide infime, c’est une grande aide, celle qui va lui permettre de changer sa vie, de la reconstruire. Et quand enfin Alexandre revient, guéri et prêt à reprendre sa vie là où il s’est perdu, il rencontrera certains obstacles inévitables mais qui renforceront toujours autant son amour pour Jamie. Pendant son absence, autant morale que physique, les gens ont bougés autour de lui : des couples se sont formés, d’autres défaits, des amitiés sont nés… Le monde a continué de tourner et d’Alexandre devra prendre le train en chemin, tentant de se détacher toujours plus de la remorque de son passé qu’il traîne avec lui, afin d’avancer à son tour.

Certains détails m’ont laissé perplexes, comme la situation avec son père par exemple, mais je ne rentrerai pas dans les détails, afin de ne pas gâcher le récit.

Une suite moins palpitante que son début mais qui laisse sa trace dans nos esprits.

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.